L’équipe du TIESS

Pour les coordonnées complètes des membres de l’équipe,
consultez la section nous joindre.

VincentVincent van Schendel, directeur général

Vincent van Schendel assure la direction générale de l’organisme de liaison et de transfert Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS) depuis sa fondation en 2014. Du Service aux collectivités de l’UQAM à l’Alliance de recherche universités-communautés sociales, il oeuvre depuis plus de 25 ans en recherche partenariale. Sa présence au TIESS s’inscrit parfaitement dans la continuité de son engagement pour la coconstruction et le transfert de connaissances. Particulièrement interpelé par l’économie sociale et le développement des territoires, il s’implique, à Montréal et partout au Québec, par sa participation au déploiement de plusieurs projets. Il a siégé sur différentes structures de gouvernance d’organismes et on le retrouve aujourd’hui à la présidence du Réseau québécois de l’innovation sociale (RQIS). Il est détenteur d’une maîtrise en économie de l’UQAM et d’un doctorat en relations industrielles de l’Université Laval.

Geneviève Huot, directrice adjointe

Geneviève Huot travaille et s’implique en économie sociale depuis plus de 15 ans, notamment au Chantier de l’économie sociale. Ce qui l’anime, c’est de participer à la mise en œuvre d’un projet de société inclusif guidé par des valeurs de solidarité. Elle fait partie de l’équipe qui a réfléchi et rêvé la création du TIESS depuis ses tout débuts. Elle croit qu’en combinant les expertises des chercheurs et des praticiens, on peut mieux comprendre, mettre en valeur et s’inspirer des expérimentations porteuses pour modifier les pratiques des uns et des autres. En coordonnant la liaison et le transfert dans le vaste réseau du TIESS, elle cherche à ce que les expérimentations ne restent pas isolées et puissent contribuer à la transformation sociale. Elle détient un baccalauréat en agroéconomie et une maîtrise en sociologie. Droguée aux endorphines et aux repas santé, ne vous étonnez pas de la voir courir même par -20 Celsius.

Édith Forbes, coordonnatrice administrative

À la fin de ces études en sciences humaines, Édith Forbes s’engage tour à tour dans les milieux syndicaux, populaires et universitaires pour réaliser des mandats de coordination, de révision et de rédaction. Elle a été la première employée du TIESS et elle occupe actuellement le poste de coordonnatrice administrative. Avec son énergie débordante et sa grande polyvalence, Édith est sans contredit un pilier de l’organisme. Dans ses temps libres, Édith cuisine, parle de cuisine, lit sur la cuisine et encourage l’innovation culinaire dans son assiette.

Marie-France Bellemare, conseillère en transfert

Titulaire d’un baccalauréat en travail social et d’une maîtrise en gestion du développement des coopératives et des collectivités de l’IRECUS, Université de Sherbrooke, Marie-France a travaillé près de 12 ans en développement local. Après un passage au sein de l’entreprise d’insertion le Boulot vers…, elle s’intègre à l’équipe du TIESS pour conjuguer deux de ses passions, l’économie sociale et l’innovation. Particulièrement emballée par les processus de gestion de la créativité et les modèles d’affaires innovants, elle compte éventuellement développer de nouvelles avenues pour  lutter contre la pauvreté et l’exclusion. Dans ses temps libres (et elle en a très peu), Marie-France aime danser, rire, manger santé, se questionner sur le sens de la vie et inventer des contes fantastiques pour ses (nombreux) enfants.

Stéphane J. Bureau, agent d’information

Après ses études en communications à l’Université Laval et à York University, Stéphane dépose ses pénates à Montréal où il entame une carrière dans le monde des médias. De fil en aiguille, de rédaction en révision, il a envie de contribuer davantage. Sans réinventer le monde, il désire épauler un organisme dont la vision sociale et solidaire s’arrime à ses valeurs. C’est dans cet esprit qu’il se joint à l’équipe du TIESS en tant qu’agent d’information. Dans ses temps libres, Stéphane adore jouer avec ses enfants, faire des devoirs avec ses enfants et faire des activités en famille. Bref, il œuvre au jour le jour avec la conciliation travail-famille dans le plus grand des bonheurs ! Maniaque de soccer, il ne faut jamais lui révéler les scores des matchs avant qu’il ne les ait savourés de visu.

Caroline Dufresne, conseillère en transfert 

Au détour d’un village, Caroline tombe sous le charme et décide de consacrer sa vie professionnelle au développement des territoires, domaine dans lequel elle oeuvre depuis une dizaine d’années. Son parcours académique est varié, sa dernière réalisation étant une maîtrise en études et interventions régionales à l’Université du Québec à Chicoutimi. Au TIESS, sa prédisposition naturelle à sonder l’inconnu l’amène à définir quotidiennement les paramètres d’un nouveau métier pour les professionnels du développement territorial. Nomade assumée, elle migre constamment entre la grande ruralité et la dense urbanité. Dans la vie, Caroline aime ses enfants, les régions, ses collègues de travail, les forêts et les oiseaux.

Jerry Espada, chargé de projet

Je n’ai jamais trop su ce que je voulais faire dans la vie. J’ai fait mon bac en droit parce qu’on me disait que ça menait à tout. J’ai travaillé dans presque tout, sauf en droit. C’était donc vrai! Après plusieurs métiers, j’ai finalement fait mon MBA, j’aimais créer et entreprendre. Le monde des affaires est bien trop cruel et mon humanité m’a fait dériver pendant plus de 21 ans au Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François (Cantons-de-l’Est), en tant qu’agent rural. Un beau métier malheureusement englouti en 2015 dans les profondeurs d’une réforme ministérielle. De toutes ces années, j’ai retenu une chose : ne jamais avoir peur d’ouvrir les portes de ce qu’on ne comprend pas, on pourrait découvrir des passions insoupçonnées. Et c’est pour ça que je rejoins l’équipe du TIESS en 2020, parce que Passerelles est un univers d’informations qui peuvent vraiment changer le monde.

Miriam Fahmy, conseillère en transfert

Pendant 15 ans j’ai œuvré en participation citoyenne, d’abord à l’Institut du Nouveau Monde puis comme travailleuse indépendante. Mon parcours m’a amenée à porter plusieurs chapeaux : conceptrice de démarches participatives et de programmes d’éducation civique ; j’ai aussi été éditrice d’ouvrages collectifs, enseignante en science politique et chroniqueuse d’affaires publiques. De mon expérience en animation de processus collectifs, j’ai tiré la conclusion que l’une des clés de leur succès est l’attention bienveillante que l’on porte aux participants. Après avoir consacré plusieurs années à l’étude des inégalités sociales, j’ai acquis la conviction que la démocratie économique constitue une des voies les plus structurantes et durables pour réduire le fossé qui se creuse entre les riches et les autres. Au TIESS, je souhaite contribuer au renforcement des capacités d’agir de l’économie sociale afin de construire une société plus juste, mais d’abord : apprendre comment expliquer le TIESS à ma grand-mère. 

Émilien Gruet, conseiller en transfert

Émilien travaille dans le domaine de l’économie sociale depuis une douzaine d’années. Après avoir suivi un cursus universitaire en économie et en urbanisme dans quatre pays, il a travaillé un temps en coopération internationale. Ces expériences viendront confirmer pour lui l’importance de l’ancrage territorial des initiatives de développement économique et social d’une communauté. L’économie sociale constitue de ce point de vue un modèle auquel il adhère pleinement et pour lequel il souhaite continuer à œuvrer. Depuis ses débuts professionnels, Émilien a toujours eu un pied dans la recherche et l’autre sur le terrain, son poste de conseiller en transfert au TIESS répond donc parfaitement à ses aspirations à mêler savoirs pratiques et connaissances théoriques. Quand il ne travaille pas, Émilien aime passer du temps à escalader des montagnes ici et ailleurs, courir en forêt ou boire un bon café sur une terrasse ensoleillée de Montréal, sa ville d’adoption.

Marie-Anne Marchand, chargée de projet

Marie-Anne a soutenu et accompagné le développement de nouvelles entreprises collectives créatives pendant près de dix ans au sein d’une corporation de développement local. À ce titre, elle a mis en œuvre des projets de préservation immobilière et culturelle, dont le Chat des artistes et le Grand Costumier. Ces expériences ont nourri sa passion pour la planification urbaine et sa volonté de développer de nouveaux outils pour la préservation patrimoniale. C’est la possibilité d’étudier ces questions de pérennisation immobilière et les mécanismes d’anti-spéculation qui l’amène à faire partie de l’équipe du TIESS. Elle y explore le potentiel des fiducies d’utilité sociale comme solution immobilière innovante pour les entreprises d’économie sociale. Dans ses temps libres, Marie-Anne aime découvrir le nom des dinosaures et tenter d’expliquer pourquoi le ciel est bleu à son garçon.

Solen Martin-Déry, chargée de projet 

Titulaire d’une maîtrise en économie sociale et solidaire et d’une maîtrise en développement rural, Solen est sans aucun doute une passionnée du domaine depuis maintenant 10 ans. Ce qui la motive, c’est la dimension politique de l’économie sociale, au sens de contribuer à la démocratisation de l’économie au cœur d’un projet de société renouvelé. Tout au long de son parcours professionnel en France et au Québec, elle s’est engagée auprès d’une diversité d’initiatives inspirantes : des coopératives d’habitation au développement économique communautaire, en passant par la finance solidaire ou le secteur culturel. Solen travaille aujourd’hui au développement de l’entrepreneuriat collectif dans le domaine des nouvelles technologies et s’intéresse plus particulièrement au modèle émergent du coopérativisme de plateforme. Le tout est ponctué d’une recherche constante d’innovations choco-lactées et de balades à vélo à travers Montréal. 

joelJoël Nadeau, conseiller en transfert

Après avoir étudié en communication et en animation et recherches culturelles, Joël a acquis une solide expérience en déploiement d’outils numériques collaboratifs et en développement territorial. Passionné par la ruralité et attentif aux mille et un projets qui en émergent, il s’implique bénévolement dans diverses initiatives visant une meilleure circulation des connaissances. C’est d’ailleurs ce qui l’amène au TIESS, soit cette volonté de construire des passerelles entre les personnes et les organisations qui animent leurs milieux. Entre deux projets, Joël poursuit sa maîtrise en formation à distance, travaille sur des projets de décomposition sonore électrochimique et profite de la nature sur sa terre à Saint-Camille. 

Judith Oliver, chargée de projet

Judith est profondément animée par la démocratisation des savoirs et le transfert des connaissances. Arrivée aux tout débuts de la maison d’édition montréalaise Atelier 10, elle a étroitement collaboré à la collection d’essais Documents et au magazine Nouveau Projet, un semestriel doublement couronné d’or aux prestigieux Prix du magazine canadien. Sa découverte du TIESS a été une révélation. Judith trouve dans cet organisme un spectre de valeurs et de missions qui lui sont chères. Au TIESS, elle soutient les travaux du conseil scientifique et contribue à la liaison avec les centres de recherche, entre autres choses. Dans ses temps libres, elle coordonne la première collection canadienne dédiée au bédéreportage, Journalisme9, et rêve un jour d’outiller la relève dans ce domaine. Avant de rejoindre l’équipe du TIESS, elle n’avait jamais fait de yoga dans un jubé. Comme quoi, tout arrive. 

Gabriel Salathé-Beaulieu, chargé de projet

Originaire de Baie-Comeau, Gabriel a étudié l’économie, la politique et l’administration publique à Québec, Londres, Ottawa et Paris. Depuis un stage dans la fonction publique québécoise en 2013, il n’a jamais quitté le monde de l’économie sociale qui l’a mené au TIESS en 2016 puis à Genève en 2019. De retour à Montréal, il gravite toujours autour du TIESS en plus de cumuler certains mandats en lien avec ses expertises (mesure d’impact social, évaluation et recherche en économie sociale). En dehors du travail, vous risquez de l’apercevoir avec des écouteurs sur la tête ou en train de courir ou, potentiellement, les deux en même temps. 

Vanessa Sorin, conseillère en transfert

Titulaire d’un baccalauréat en sociologie urbaine et d’une maîtrise en développement local et urbanisme, Vanessa travaille en développement économique communautaire depuis plus de 12 ans. Après avoir vécu dans le Nordeste brésilien et en France, elle a choisi de venir s’installer à Montréal. Comme agente de développement économique local à la CDEC Centre-Sud / Plateau Mont-Royal pendant 8 ans, elle a développé et confirmé son engagement pour une économie arrimée à son territoire et à sa communauté. Au sein du TIESS, elle a le plaisir de contribuer à favoriser l’émergence et le transfert d’innovations sociales où citoyens et entrepreneurs collectifs contribuent à transformer nos modèles de développement. Quand elle ne travaille pas, Vanessa aime découvrir, avec famille et amis, les endroits inusités et insolites de Montréal ou encore marcher et relaxer dans la nature québécoise.